COMMUNIQUE DE PRESSE DE LA CXXème SESSION DE LA CONFÉRENCE DES ÉVÊQUES DU TOGO

             CXXème SESSION ORDINAIRE DE LA CONFÉRENCE DES ÉVÊQUES DU TOGO (CET)

COMMUNIQUE DE PRESSE

La CXXème Session ordinaire de la Conférence des Évêques du Togo (CET) s’est tenue comme prévu du 18 au 22 février 2019 à son siège à Lomé.

Fidèles à leur décision de se former collégialement au moins à la Session de février, nos Pères Évêques ont suivi avec intérêt, dans la journée  du lundi 18 février 2019, un enseignement  canonique sur les Procès dans l’Église. Cette formation assurée par le RP Etienne INIBIDE, Recteur du Grand Séminaire interdiocésain Saint Jean Paul II de Lomé, a porté sur les Tribunaux Ecclésiastiques et sur les diverses formes de procès dans l’Église.

  • SÉANCE INAUGURALE

Après le mot de bienvenue prononcé par Mgr Denis AMUZU-DZAKPAH, Archevêque Métropolitain de  Lomé, la session a été déclarée ouverte par le Président de la Conférence, Mgr Benoît ALOWONOU, Evêque de Kpalimé, qui a fait observer que ces travaux se situent entre la clôture des Journées Mondiales de la Jeunesse (JMJ) au Panama et l’ouverture de la rencontre à laquelle il prendra part à Rome sur la protection des mineurs, du 21 au 24 février 2019.

  • ENTRETIEN AVEC LE NONCE APOSTOLIQUE

Le Nonce Apostolique dans son adresse, a transmis aux Évêques, l’essentiel de son message en neuf points.

  • Partant du message du Saint-Père pour la 52ème journée mondiale de la

Paix intitulé : « La bonne  politique au service de la paix », Mgr Brian UDAIGWE a fait ressortir l’interpellation du Pape aux responsables politiques dans leur mission au service de la Maison commune. Ce message peut être un vade-mecum très utile dans l’apostolat d’exhortation aux hommes politiques nationaux, a-t-il souligné aux Évêques.  Il a en outre remercié le Seigneur pour l’accalmie relative constatée dans l’évolution de la situation sociopolitique du Togo, et a félicité et encouragé la dextérité avec laquelle les Évêques conduisent les divergences de position dans la gestion de cette situation. Il a laissé entendre substantiellement que les audiences accordées aux délégations de chaque camp, dénotent l’engagement de la CET à être au service de tout le peuple sans discrimination. Mgr le Nonce a apprécié aussi l’appel lancé par nos Pères Évêques aux Prêtres à leur dernière Assemblée Générale, de demeurer des prêtres courageux qui parlent de ce qu’ils ont entendu du Christ, et qui appellent le peuple de Dieu à garder sa Parole, à tenir ferme dans l’espérance, et à maintenir vive la flamme de la prière.  Mon ardent souhait, a-t-il ajouté,  « est qu’à la suite de ces exhortations, en cette période très sensible de l’histoire du pays, les prêtres prennent conscience de la nécessité d’une gestion responsable de l’actualité politique ».

  • Le deuxième volet de l’intervention du Représentant du Saint Siège au

Togo est axé sur les souhaits du Pape d’activer dans la pastorale diocésaine au profit des jeunes, l’application des résolutions de la XVème Assemblée Générale Ordinaire du Synode des Évêques, consacrée à la jeunesse. Aussi, a-t-il poursuivi, au regard des enseignements des JMJ, Panama 2019, les jeunes sont comme un thermomètre pour savoir et jauger le niveau de nos communautés et sociétés.

A côté de ces jeunes, se trouvent les enfants qui, selon le Nonce Apostolique méritent une attention particulière en cette année qui consacre le 30ème anniversaire de l’adoption de la Convention des Nations Unies sur les droits de l’enfant. Il s’agit, pour le Saint-Père, a-t-il mentionné, d’une bataille commune pour veiller au bien de ces petits et assurer leur développement social et intellectuel, de même que leur croissance physique, psychique et spirituelle. C’est en vue de mener ce combat, que s’organise à Rome, la rencontre sur la protection des mineurs qui voit la participation de tous les Présidents des Conférences Épiscopales du monde entier. Parlant des abus contre les mineurs, l’ « on cherchera à transformer les erreurs commises en opportunité pour éliminer ce fléau, non seulement du corps de l’Église, mais aussi de la société », a-t-il laissé entendre, en citant le Pape François dans son discours à la Curie romaine le 21 décembre 2018.

Il a clôturé son propos, en félicitant les diocèses de Kara, de Kpalimé et d’Aného, pour le jubilé d’argent de leur érection canonique qui sera célébré cette année.

  • LES AUDIENCES

Nos Pères Évêques ont accordé une série d’audiences à divers groupes de personnes, sur leur demande, comme suit :

  • L’équipe dirigeante de Radio Maria Togo, les anciens Jécistes et le Bureau

national du Renouveau charismatique, tous venus présenter tour à tour un rapport d’activités et des perspectives d’avenir. La Communauté de l’Emmanuel s’est fait connaître à la CET, tout en présentant aussi un programme d’activités. Aussi, les Evêques ont-ils fait venir le Directeur National de l’Enseignement Catholique pour quelques mises au point, ce dernier ayant saisi l’occasion pour présenter le bureau de l’Aumônerie des Cadres catholiques.

 

  • L’audience la plus longue a été celle accordée au parti politique, Union pour

la République (UNIR), dont la délégation composée d’éminents membres du Gouvernement et du parti,  était porteuse d’un message du Chef de l’État et Président du Parti, S.E. M. Faure Essosimna Gnassingbé qui formule le souhait de créer les meilleures conditions d’entente et de fraternité entre les fils du même pays. C’est une occasion, selon les membres de la délégation, de combler le déficit d’échange d’informations entre le parti au pouvoir et l’Église pour faire savoir ce que le gouvernement fait. Tout en reconnaissant la grande autorité morale de l’Église catholique, ils ont relevé néanmoins entre autres, certaines interventions de quelques fils de l’Église catholique qui semblent exclure ou stigmatiser d’autres, en raison de leur appartenance à un parti politique. Ce fut l’occasion pour les Évêques de faire remarquer qu’il est opportun d’opérer la différence entre ce qu’est l’Église comme institution et les prises de positions individuelles. Les membres de la CET ont aussi fait part aux illustres hôtes, qu’ils recevaient pour la première fois, de leur disponibilité à écouter tous et chacun sans discrimination, pour le bien de tous les Togolais. Nos Pères Évêques ont pris soin de relever par ailleurs, que le génie culturel togolais est porté à l’unité et non à la division, et que, de ce fait, les Togolais sont appelés à découvrir et à cultiver cette unité, pour l’intérêt supérieur de la Nation, en essayant de corriger les anomalies.  Enfin, les Evêques ont présenté leur vision de la situation à leurs hôtes et les ont exhortés à privilégier l’humilité, l’écoute et le bien commun dans l’accomplissement de leurs tâches politiques.

 

  • AUTRES SUJETS

Plusieurs autres sujets ont été abordés par les Évêques au nombre desquels figurent deux projets importants.

Le premier concerne l’organisation des Journées nationales des Jeunes pour lesquelles un comité sera mis sur pied par l’Évêque chargé du laïcat au sein de la CET, en lien avec les Aumôniers diocésains de la Jeunesse, et avec  les autres structures pastorales organisées déjà opérationnelles.

Le second projet consiste en la création d’un Organe National d’Animation du Laïcat et de la Famille (ONALF), qui va s’étendre à chaque Diocèse.

Entre autres points d’intérêt, la question de l’Assurance maladie pour les prêtres, de même que les prestations sociales ont été abordées avec une attention qui fait ressortir la préoccupation des Pasteurs propres de chaque diocèse de la santé physique de leurs prêtres. Des partages ont été faits par la suite, concernant la prise en charge du prêtre dans les diocèses.

Toujours au sujet des prêtres dans un autre registre, une analyse a été faite par la CET, au regard des danses exécutées par certains prêtres, au cours des célébrations eucharistiques. Les Évêques ont pris la décision de s’inspirer des études faites dans le diocèse de Dapaong, pour donner des instructions dans leurs diocèses respectifs, afin que cessent ces pratiques contraires à l’esprit de la liturgie.

 

Dans son mot de clôture, après avoir remercié le Seigneur et ses pairs pour le déroulement des travaux, l’Archevêque Métropolitain de Lomé, Mgr Denis AMUZU-DZAKPAH, a invoqué la Vierge Marie, Notre Dame de Lourdes, pour qu’elle aide chacun à voir clair dans l’œuvre de construction de notre Eglise, qui incombe à tous.

Fait à Lomé, le 22 février 2019,

Pour la Conférence des Evêques du Togo,

 

 

 

Le Secrétaire Général,

Père Emile SEGBEDJI.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *