COMMUNIQUE DE PRESSE DE LA CXIXEME SESSION ORDINAIRE DE LA CONFERENCE DES EVÊQUES DU TOGO (CET)

CXIXEME SESSION ORDINAIRE DE LA CONFERENCE DES EVÊQUES DU TOGO (CET)

Lomé et Aného, du 12 au 16 novembre 2018

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

La CXIXEME Session Ordinaire de la Conférence des Evêques du Togo s’est déroulée en deux temps et en deux lieux différents à savoir Lomé et  Aného du 12 au 16 novembre 2018. Dans un premier temps à Lomé au Siège de la CET les 12 et 13 novembre, nos Pères Evêques ont bénéficié d’une formation donnée par le programme d’Accompagnement Personnalisé de Proximité en Développement Institutionnel et Renforcement Organisationnel (A2P-DIRO), piloté par un réseau de Caritas. Dans un deuxième temps, du 14 au 16 novembre, se sont déroulés les travaux proprement dits de la Session dans les nouveaux locaux de l’Ordinariat d’Aného, sis à la Cathédrale.

  • L’ATELIER DE FORMATION

Ce fut une occasion pour les formateurs, de faire le point avec nos Pères Evêques, sur les œuvres concrètes faites dans leurs diocèses respectifs, suite à l’atelier de 2015. Le but de cet atelier fut essentiellement de rappeler aux Evêques, l’importance de l’OCDI dans tous les diocèses, et la nécessité pour eux de s’y impliquer personnellement. Les évêques se sont engagés à tout mettre en œuvre pour que l’OCDI soit installée dans toutes les paroisses, et que chaque fidèle prenne conscience de la nécessité d’œuvrer en faveur des pauvres. En référence au leadership de l’OCDI/Caritas qui en appelle à celui des Evêques, les trois leçons suivantes ont été retenues : D’abord les réussites ou les succès, ensuite les principales difficultés et/ou insuffisances, enfin les bonnes pratiques à retenir et à partager.

  • SEANCE INAUGURALE

A Aného, le mot de bienvenue a été prononcé par l’ordinaire du lieu, Mgr Isaac Jogues GAGLO, qui a exprimé la fierté de son Eglise particulière d’accueillir une telle Session, avant d’émettre le vœu que le cadre puisse offrir à ses pairs, l’occasion d’atteindre des objectifs précis pour notre Eglise avec le Saint-Père, et pour notre pays le Togo.

L’ouverture de la session a été faite par Mgr Benoît ALOWONOU, président de la CET. Notre Dieu est celui qui nous dit ce qu’il faut faire, pourquoi le faire et comment le faire, a-t-il laissé entendre, avant d’exprimer ses reconnaissances à Son Excellence Révérendissime Mgr Brian UDAIGWE, Nonce Apostolique pour le Bénin et le Togo, et à son Excellence Mgr Isaac Jogues GAGLO dont le diocèse abrite la Session. Au registre des événements heureux, il a cité le 4ème Congrès international du Renouveau charismatique qui s’est tenu dans notre pays. En revanche, il a relevé des événements douloureux, notamment l’incendie des Mosquées.

  • ENTRETIEN AVEC LE NONCE APOSTOLIQUE

Après son appel à nos Pères Evêques à étudier les défis à relever au cours de la nouvelle année pastorale 2018-2019, il a noté la particularité de cette année qui s’insère entre deux grands événements à savoir : La IXème Rencontre mondiale des Familles à Dublin en Irlande et la célébration de la XVème Assemblée Générale Ordinaire du Synode des Evêques consacré aux jeunes.

  1. La IXème Rencontre mondiale des familles

Selon le Nonce Apostolique, à partir du thème de cette rencontre, à savoir : « L’Evangile de la famille, joie pour le monde », le Saint Père a voulu nous aider à reconnaitre la beauté et l’importance de la famille, avec ses lumières et ses ombres. Aussi, a-t-il poursuivi, les pastorales diocésaines peuvent-elles repréciser aux jeunes, les contours du sacrement de mariage, qui est le socle de la famille chrétienne.

  1. La XVème Assemblée Générale ordinaire du Synode des Evêques.

Le Nonce Apostolique a fait savoir à nos Pères Evêques, la demande du Pape François en septembre dernier aux jeunes Evêques en formation, de se mettre à l’écoute des jeunes et de leur offrir l’Evangile avec courage. En remerciant Mgr Célestin Marie GAOUA, Evêque délégué de la CET à cette rencontre, il a rapporté l’essentiel de sa communication qui a fait savoir que la jeunesse du Togo conserve la nature  commune à toute jeunesse, tout en n’étant pas comme les autres ; et si cette jeunesse est négligée, le monde ira à sa fin certainement.

  1. Le mois missionnaire extraordinaire.

Le représentant du Saint Siège au Togo, a rappelé que sur proposition de la Congrégation pour l’Evangélisation des peuples, le Saint-Père a décrété le Mois missionnaire extraordinaire d’octobre 2019. Ce sera, a-t-il dit, l’occasion pour commémorer le Centenaire de la promulgation de la Lettre Apostolique Maximum Illud du 30 novembre 1919 par laquelle le Pape Benoît XV a voulu donner un nouvel élan à la responsabilité missionnaire d’annoncer l’Evangile.

  1. Rencontres et séances de travail à Rome.

Le Nonce Apostolique a fait mention de ses séances de travail avec le Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des peuples prioritairement sur le discours du Pape pour les jeunes Evêques des territoires de mission le 8 septembre dernier. Il a également informé les Evêques de sa rencontre avec le Saint-Père qu’il a rassuré de la prière des Evêques et de l’Eglise du Togo. Ces rencontres lui ont donné l’occasion de toucher du doigt les difficultés d’obéissance et de collaboration que les Evêques rencontrent avec certains prêtres.

  1. La vie sociopolitique du pays.

Concernant la situation sociopolitique dans notre pays, le Nonce Apostolique a fait part de sa préoccupation et de son incertitude pour un avenir sans violence. Il exhorte les Evêques et tout le peuple de Dieu à prier afin que les protagonistes de la crise surmontent les divergences.

  • LES SEMINAIRES

La Conférence des Evêques a reçu tour à tour les Recteurs et Economes des trois grands Séminaires, Jean Paul II, Benoît XVI, et de la propédeutique St Paul. Ils ont présenté les nouvelles de la rentrée académique, de même que les rapports financiers et des doléances. Nos Pères Evêques ont partagé les difficultés des uns et des autres avant de les encourager dans leur délicate tâche. Ils les ont, par ailleurs, félicités pour leur dévouement. Le problème de la santé des séminaristes a été abordé, entre autres, avec attention.

  • LA RATIO NATIONALIS

Nos pères Evêques ont consacré beaucoup de temps pour finaliser le document de la Ratio nationalis, dont le premier chapitre, nouvellement introduit, porte sur le contexte culturel, sociopolitique, économique et religieux de la formation des futurs prêtres.

  • SITUATION SOCIOPOLITIQUE

L’un des points ayant retenu l’attention de la CET pour une bonne part, est la crise sociopolitique de notre pays. Les pasteurs que sont nos Pères Evêques, se sont accordés à continuer à faire entendre la voix de l’Eglise, comme un devoir citoyen. A leur entendement, les messages qu’ils adressent souvent aux fidèles, aux politiques et aux hommes et femmes de bonne volonté, peuvent être exploités pour éveiller les consciences des uns et des autres.

  • AUTRES SUJETS

Outre les tâches propres à l’Eglise du Togo, liées aux Conseils respectifs dont ils ont la charge au sein de la CET, certains évêques ont été délégués ces derniers mois pour des rencontres internationales et ont pris soin de partager les fruits des divers moments avec leur pairs. Il s’agit notamment de :

Mgr Isaac Jogues GAGLO, à la IXème Rencontre mondiale des Familles à Dublin en Irlande du 22 au 26 août 2018, où le Togo était représenté par quatre personnes. Pour l’essentiel à cette Assemblée, a-t-il dit, le Pape a insisté sur le fait que les familles doivent être une source d’encouragement pour partager l’Evangile,  et le premier lieu d’apprentissage de la foi. Le Pape veut reconstituer la famille, non seulement celle nucléaire, mais aller plus en profondeur jusqu’aux grands parents qui doivent éduquer les enfants par leur exemple de vie, a-t-il ajouté.

Mgr Célestin Marie GAOUA, à la célébration de la XVème Assemblée Générale Ordinaire du Synode des Evêques, du 3 au 28 octobre 2018. Selon lui, avec ce Synode, trois verbes sont à retenir : Ecouter, accompagner et former les jeunes, pour les responsabiliser et les envoyer en mission. De là, il voit la nécessité de créer un espace dans ce sens, tout en veillant à éviter des abus sur les jeunes. La formation étant d’abord une question d’esprit et de style de vie, il faut insuffler cet esprit et style de vie aux prêtres et aux futurs prêtres dans les séminaires et dans les paroisses. Pour finir, il a fait la proposition d’organiser au plan national, un rassemblement des jeunes.

Mgr Jacques LONGA, à l’assemblée plénière du Comité Pontifical pour les Congrès Eucharistiques Internationaux du mercredi 8 au dimanche 11 novembre 2018 à Rome, s’est prononcé sur les engagements qui attendent la Conférence des Evêques et l’Eglise du Togo, notamment le Prochain Congrès Eucharistique International à BUDAPEST, en HONGRIE du 13 au 20 septembre 2020. Le thème de ce congrès : « En toi toutes mes sources » Ps 87 (86), 7. Il a en outre émis le souhait d’organiser un mini congrès national en préparation de cet évènement international dans le courant de l’année 2019, pour sensibiliser et préparer le peuple de Dieu, en vue de sa participation en 2020.

Avant la clôture des travaux, le calendrier des sessions ordinaires de l’année suivante a été fixé comme suit :

  • 1ère session : Du lundi 18 au vendredi 22 février 2019 au siège à Lomé.
  • 2ème session : du mardi 18 au vendredi 21 juin 2019 au siège à Lomé.
  • 3ème session : du lundi 14 au vendredi 18 octobre 2019 à Dapaong.

Le jeudi 15 novembre 2018, la messe pontificale concélébrée par tous nos Pères Evêques à la Cathédrale Ss Pierre et Paul d’Aného, présidée par le Président de la CET, a été dite pour la paix au Togo.

Fait à Aného, le 16 novembre 2018.

                                                                                                                                           Pour la Conférence des Evêques du Togo,

                                                                                                                                            Le Secrétaire Général, et Porte parole,

                                                                                                                                       Père Emile SEGBEDJI.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *