LETTRE PASTORALE POUR NOTRE MISSION D’EVANGELISATION DANS ET PAR LES MOYENS DE COMMUNICATION SOCIALE

LETTRE PASTORALE POUR NOTRE MISSION D’EVANGELISATION DANS ET PAR LES MOYENS DE COMMUNICATION SOCIALE

 

« Apprenons à communiquer confiance et espérance pour l’histoire »

 

Aux prêtres et personnes consacrées,

Aux hommes et femmes des médias,

Aux jeunes, aux hommes et aux femmes de bonne volonté,

 

  1. 1. « Apprenons à communiquer confiance et espérance pour l’histoire ». Telle est l’interpellation forte que le Pape François a lancée en mai 2017 dans son Message pour la célébration de la 51ème Journée Mondiale des Moyens de Communication sociale.

Pour traduire cette exhortation du Pape dans notre action pastorale au sein des médias et par les médias, il nous est apparu particulièrement important, en ce temps favorable de l’Avent où nous nous préparons à accueillir Jésus dans nos cœurs à Noël,  de regarder avec un sens de responsabilité nos manières de travailler, de promouvoir et de faire usage des médias classiques et des technologies nouvelles que les récents progrès en ce domaine nous offrent, pour le bien de l’Eglise et de la société.

Aussi, en communion avec les Evêques membres de la Conférence des Evêques du Togo (CET) et Pasteurs de notre Eglise famille, voudrais-je vous adresser ce message suivant ces trois niveaux, afin de redynamiser ce secteur pastoral et interpeller à la fois notre conscience citoyenne et notre foi chrétienne dans l’usage de ces outils.

Appropriation et responsabilité

  1. 2. Depuis le Concile Vatican II, l’Eglise accueille les moyens de communication sociale comme « un don de Dieu et comme moyens aptes à affermir son règne » (Inter Mirifica, §1). Il est donc avant tout question pour nous, Pasteurs de l’Eglise et fidèles laïcs, d’accueillir avec reconnaissance ce don qu’« avec l’aide de Dieu, le génie de l’homme a tiré de la création », et de prendre conscience qu’il a avant tout pour finalité de contribuer à affermir le Royaume, autrement dit à être au service de notre mission d’évangélisation, mission intrinsèque à la nature de l’Eglise et celle de ses fils et filles.
  2. 3. Dieu merci, dans tous nos diocèses, ces moyens existent et essaient tant bien que mal de remplir cette mission dans l’Eglise et en direction de tout groupe social ou personne épris des valeurs évangéliques. Il existe dans chaque diocèse un Conseil Episcopal Diocésain des Communications Sociales (CEDCS) ; la plupart ont une station radio, un bulletin d’information, avec un personnel affecté à ce service. Au plan national nous pouvons rendre grâce à Dieu pour nos organes de presse bien présents dans l’œuvre commune d’évangélisation et de formation des consciences : le mensuel Présence Chrétienne, Radio Maria Togo et la chaîne de télévision TV Spes

Cependant, force est de constater qu’à plusieurs niveaux, nous ne nous sentons pas encore suffisamment coresponsables de cette mission spécifique par les médias. C’est pourquoi nous lançons un appel pressant aux curés de paroisse, aux autres prêtres, à nos frères et sœurs de la vie consacrée qui œuvrent précieusement à nos côtés dans les diocèses, et tous les fidèles à collaborer étroitement et favorablement avec les structures de communication des paroisses et diocèses.

  1. Nous en appelons également à la mise en place des conseils ou commissions de communication dans les diocèses et paroisses où ils n’existeraient pas encore et à prendre les dispositions nécessaires pour les rendre efficacement fonctionnels.

Dans ce sens, nous exhortons la nouvelle équipe nationale nommée par la Conférence des Evêques du Togo à veiller, avec courage et méthode, à donner un nouveau souffle à ce secteur pastoral en apportant son soutien aux diocèses et à toutes les initiatives à la base (presse, audiovisuel, réseaux sociaux etc.) qui montrent un intérêt particulier de contribution responsable à la mission de l’Eglise par les techniques de communication.

 

Promotion de nos organes de communication

  1. Nul n’ignore que malgré tout le bien spirituel et humain que ces moyens nous apportent, personnellement, en famille, en Eglise et dans notre pays, ils font souvent figure de parents pauvres parmi nos œuvres d’Eglise. Pensons particulièrement à nos stations de radios diocésaines, surtout celle de l’intérieur du pays ; avec quels personnels et quels moyens fonctionnent-elles ? Nos périodiques d’information et notre unique télévision catholique : malgré l’abnégation de ceux et celles qui y investissent généreusement leur énergie, leur savoir-faire et leur foi, souvent bénévolement, ces organes d’information de notre Eglise famille au Togo ont toujours du plomb dans l’aile.

Il nous souvient qu’au début des années 2000, un enthousiasme légitime s’était largement exprimé au sein du peuple de Dieu que nous formons tous, et des personnes physiques ou morales s’étaient manifestées pour encourager les Evêques à créer ces structures de communication, leur promettant soutien matériel et financier. Pourquoi avons-nous reculé ? Aurions-nous été désenchantés ? Jésus-Christ, le Communicateur par excellence entre Dieu et les hommes, ne s’est-il pas donné en sacrifice pour nous faire connaître Celui par qui nous avons la Vie, cette vie éternelle dont nous voulons être des hérauts en ce monde par le témoignage de notre baptême ?

  1. 6. Réveillons en nous le don de Dieu, et aidons nos radios, notre presse catholique et surtout notre Télévision Spes à vocation nationale à remplir leur mission d’annonce de la Bonne Nouvelle du Royaume et leur mission de contribution irremplaçable à la construction responsable de la cité.

Concrètement :

  • Nous exhortons toutes les paroisses de tous nos diocèses ainsi que les communautés religieuses à s’abonner à au moins un numéro de Présence chrétienne, notre mensuel national et à le faire connaître. La même exhortation est formée à l’endroit des associations, mouvements et groupes divers de nos paroisses ;
  • Dans les diocèses où existe un périodique diocésain d’information, nous invitons ces mêmes institutions ci-dessus interpellées à le soutenir en s’y abonnant ou en l’achetant assez régulièrement. C’est par votre soutien que ces périodiques nationaux et diocésains pourront améliorer leurs offres et répondre à vos attentes et à celles de notre société souvent en crise de valeurs cardinales qu’on ne peut retrouver ailleurs que dans la Parole de Dieu que nos communicateurs s’évertuent à relayer de mille manières ;
  • Le démarrage difficile de notre Télévision Spes est également connu de tous. Nous réitérons ici notre appel aux mêmes institutions diocésaines ou paroissiales à accorder un accueil favorable et généreux au Directeur et à son équipe pour l’obole qu’il vous demande (en général une fois par an), du genre « 100F pour ma télé » ;
  • Nous encourageons Radio Maria Togo à poursuivre ses campagnes de promotion vis-à-vis de nos fidèles dont nous saluons ici la générosité et implorons sur eux la bénédiction du Seigneur, source de tout bien. Puisse cette générosité aider à soutenir les stations de l’intérieur du pays dont les moyens et recettes sont objectivement plus limités ;
  • Que se développe une collaboration, avec des liens plus organiques et accessibles, entre les sites web, blogs et tous réseaux catholiques qui s’expriment sur le web, de manière à faciliter le partage d’information, à renforcer les lignes éditoriales spécifiques et à enrichir par là notre cause commune : rendre présents Jésus-Christ et son Royaume sur la toile.

 

 

Usage responsable : annoncer à tous le Christ

 

  1. 7. Le 5 décembre 2013, à l’occasion de la commémoration des 50 ans du Décret conciliaire Inter Mirifica, le Pape François avait posté ce tweet : “il y a cinquante ans, Vatican II a parlé de communication. Ecoutons, dialoguons et apportons le Christ à tous ceux et celles que nous rencontrons dans la vie”. Aujourd’hui nous connaissons les lieux privilégiés de nos rencontres : les réseaux sociaux. En même temps que ces nouveaux outils facilitent nos rencontres et nos échanges, ils nous exposent à une pléthore multiforme d’informations, d’images et de valeurs qui interpellent notre responsabilité et notre engagement chrétien dans cet « aréopage des temps modernes ».
  2. Voici ce que disait le Concile et qui est encore plus que d’actualité : « Tous les usagers – c’est-à-dire lecteurs, spectateurs et auditeurs (on peut ajouter internautes et blogueurs, membres de groupes ou réseaux sociaux, etc., NDLR) – reçoivent par libre choix personnel les messages diffusés par ces moyens. Des devoirs particuliers s’imposent donc à eux. Par leur choix, ils encourageront nettement tout ce qui présente une réelle valeur morale, culturelle et artistique ; ils éviteront tout ce qui pourrait être, soit pour eux-mêmes cause ou occasion de préjudice spirituel, soit pour les autres cause de scandale par leur mauvais exemple, soit enfin pour les communications elles-mêmes un obstacle aux bonnes et un appui aux mauvaises. »

Vos Pères Evêques, au cours de leurs Sessions ordinaires des mois de juin et octobre 2017, au regard des flux d’informations qui prennent d’assaut à la fois nos moyens d’information (Smartphones, Iphones,  internet, Whatsapp, Youtube etc.) et nos esprits, voudraient exprimer leur douleur et leur préoccupation vis-à-vis de certains contenus qui sapent les valeurs morales, spirituelles et humaines ainsi que les mœurs, des contenus truffés de montages et de mensonges incitant souvent à la haine et à l’exclusion de l’autre, des contenus dilatoires qui fragilisent la société et les personnes vulnérables.

  1. 9. Aussi, en appellent-ils à la responsabilité de tous, et particulièrement les fidèles chrétiens et même les prêtres, les religieux et les religieuses qui, bien souvent, consomment sans discernement, ou relaient ces pseudo-informations beaucoup plus par sensation et/ou passion que par un regard empreint de foi et d’espérance chrétienne. Ils vous exhortent, avec leur cœur de Pasteurs, à faire preuve de retenue et à faire usage de ces espaces d’échanges des « portes de vérité et de foi », comme nous y invitait le Pape Benoît XVI dans son message du 24 janvier 2013.

De même, il y a quelques semaines, le Pape François a prononcé ce bref discours qui a fait le tour du monde : « cela me donne beaucoup de tristesse lorsque je célèbre la messe et que je vois beaucoup de téléphones portables en l’air (…), de grâce, la messe n’est pas un spectacle ! la messe, c’est aller à la rencontre de la passion et de la résurrection du Seigneur (…) ; et le prêtre ne dit pas élevons nos portables, mais élevons notre cœur ! ». C’est un message fort du Successeur de Pierre qui vient interpeller notre sens du sacré à tous, particulièrement lorsque nous célébrons le mystère qui est au cœur de notre rédemption et celle de toute l’humanité. Veillons désormais à éteindre et à ranger soigneusement nos téléphones portables et tous appareils du même genre pendant nos célébrations de la sainte liturgie !

  1. Nous nous félicitons pour nombre de fidèles qui, quotidiennement ou de façon assez régulière, utilisent ces moyens pour véhiculer des messages qui renforcent la dignité humaine et la promotion de la justice et de la paix. Nous nous invitons tous et toutes à laisser retentir dans nos cœurs cette exhortation de notre bien-aimé Pape émérite : la capacité d’utiliser les nouveaux langages est requise non pas tant pour être à la mode du temps, mais justement pour permettre à l’infinie richesse de l’Évangile de trouver des formes d’expression qui soient en mesure d’atteindre les esprits et les cœurs de tous. Dans l’environnement numérique la parole écrite est souvent accompagnée d’images et de sons. Une communication efficace, comme les paraboles de Jésus, nécessite l’implication de l’imagination et de la sensibilité émotionnelle de ceux que nous voulons inviter à la rencontre avec le mystère de l’amour de Dieu (Benoît XVI, Réseaux sociaux : portes de vérité et de foi ; nouveaux espaces pour l’évangélisation, 24 janvier 2013).

Que la grâce et la bénédiction du Seigneur soutiennent notre foi et notre espérance jusque sur « les espaces et les autoroutes de l’information », et que la Vierge Marie, Mère de la divine grâce, réconforte nous tous ses filles et fils pour l’annonce du Royaume !

 

 

Fait à Lomé, le 05 décembre 2017

 

 

 

 

 

 

S.E. Mgr Denis AMUZU-DZAKPAH

Archevêque de Lomé

Chargé des Communications Sociales au sein de la CET

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *